Altri Filtri
La ville, la construction, les arts. Visions italiennes 1909-1939.

La ville, la construction, les arts. Visions italiennes 1909-1939.

  • Collana: L'ErmArte, 17
  • Pagine: 278, 8 Ill. B/N, 52 Ill. Col.
  • Anno edizione: 2016
Condividi su:

De l'utopie futuriste à la ville fasciste et à sa chute.
La ville italienne des premières décennies du XXe siècle est marquée par une pluralité de suggestions esthétiques, de réflexions théoriques et de réalisations artistiques et architecturales.
On reconnat d'abord l'image mythique - encore tributaire de fortes fascinations pour l' idée de la ville idéale - de la ville du progrès, de la ville-chantier par laquelle on forge l'avenir. L'allégorie de la construction du lendemain trouve dans l'élaboration futuriste son noyau de développement.
Ce mythe va survivre à lui-mme. Dès le premier après-guerre, dans un panorama artistique faisant du retour à l' ordre le double esthétique de la propagande et de la violence fascistes, on peut avoir recours aux mmes mots et aux mmes images d'avant-guerre - celles concernant la construction de l'avenir - avec d'autres finalités, qui s'avèrent cette fois exclusivement autoritaires et antidémocratiques.
On passe ainsi de l'élan vertical imaginé par l'utopie architecturale futuriste à la théorie d'une ville verticale au sens hiérarchique du mot. Sans pouvoir longtemps imposer un projet de la ville authentiquement fasciste et cohérent, le régime se sert des images de la ville que l'art, la démographie, l'économie, l'histoire et la mythologie peuvent fournir.
Dans le domaine des arts et dans les milieux professionnels, l'on se dispute alors l'honneur d'incarner la tendance la plus fasciste, donc la plus classique, la plus moderne, la plus nationale, selon le composite vocabulaire de l'époque. La réalité historique voit le régime distribuer critiques et encouragements, tout en se consacrant à des opérations concrètes: la création de petits centres habités, mais aussi les démolitions dans les grandes villes.
Le fascisme transforme donc le mythe futuriste de l'urbanisation permanente en projet de glorification urbaine se voulant digne de l'Empire romain.
La vision urbaine fasciste et autarcique, avec son mythe de Rome, se fait enfin submerger par le conflit mondial et par d'autres mythes.

Ettore Janulardo
Après une première formation historico-artistique à Naples, il est boursier au Département d'étude des civilisations du Centre Européen Universitaire de Nancy. Il poursuit sa formation dans le domaine historico-artistique (Ecole de Spécialisation à l'Université de Bologne) et enseigne dans deux Universités étrangères, en Pologne et en France.
Rentré en Italie, il reprend son enseignement et continue ses recherches, qui aboutissent à son volume sur L'image de la ville, publié en France par le service dédié à la recherche universitaire de l'ANRT, et aux textes Kounellis et Terre e cementi. Architetture e spazi, publiés à Rome en 2015 et 2016.
Il enseigne l'Histoire de l'art contemporain à l'Université de Bologne, publie plusieurs contributions critiques et soccupe également à Rome de la promotion culturelle internationale.

Prefazione
Introduction

I. Hypothèses et projets pour la ville. Entre édification symbolique et déstructuration humaine à lhorizon de la dictature Esquisses dun mythe urbain
1. 1909: linvention artistique de la métropole dans le contexte italien
2. La construction de lavenir et lutopie de la ville
Réponses techniques et artistiques face à la croissance urbaine
1. La croissance urbaine et la réflexion théorique des architectes Giovannoni et Piacentini: les années Dix et Vingt
2. La ville immobile et la métaphysique de la pierre
La ville entre visions artistiques et déclarations politiques
1. Visions urbaines et portraits industriels dans la peinture et dans la narration
2. Le Novecento et la politique
Entre construction et déconstruction
1. La prose et le temps dédifier
2. La construction matérielle et la déconstruction humaine chez Pirandello

II. Le fascisme et ses chantres: linterprétation urbaine et linterprétation rurale de la révolution fasciste . Visions symboliques et realisations
Linterprétation urbaine de la révolution fasciste
1. Piacentini à Rome dès 1925. L esprit nouveau dans les arts et le rationalisme du Groupe des 7
2. Les analogies dans les arts et le cosmopolitisme de Bontempelli
Linterprétation rurale de la révolution fasciste
1. Strapaese et linterprétation rurale de la construction
2. Les Toscans: Soffici, Tozzi, Bilenchi, Viani
Entre visions théoriques et réalisations effectives
1. Attitudes opposées du fascisme dans le domaine artistique. Première Exposition italienne darchitecture rationnelle; Premier Congrès détudes romaines
2. Le Plan de Piacentini pour Brescia: le modèle réel et lidéologie officielle
La ville de haut et de loin
1. Un autre futurisme et la vision aérienne de la ville
2. La découverte urbaine et sociale de lAmérique

III. Du triomphe à la dissolution de la ville du fascisme: définitions, polémiques et propositions
Larchitecture comme art dÉtat?
1. Expositions et réflexions dans la première moitié des années Trente
2. Vers la ville corporative de lère fasciste
La peinture murale face à larchitecture
1. Du Novecento à la peinture murale: les expositions et les polémiques. LItalie et le contexte internationa
2. Les représentations urbaines chez Funi
Réflexions et réalisations à lombre de lEmpire
1. Les polémiques sur larchitecture moderne au milieu des années Trente
2. Larchitecture et Moravia
Un style définitif pour le fascisme?
1. Vers une iconographie officielle: lItalie fasciste dans le sillage de lAllemagne nazie
2. Le projet de lExposition universelle de 1942 et la suggestion du style définitif à Rome
Épilogue
Illustrations
Note bibliographique

Iscriviti alla Newsletter

Per essere informato regolarmente sulle nostre novità.